NOUVEAU !

Petit cadeau !

Réservé aux seuls visiteurs du site (Ne le dites à personne, ceci est rien qu'entre VouZémoi, OK ?)

Qu'est qu'on dit à Christian?



Scènes de scène et de rue...Emotion perceptible

Sur une place de Sabadell (Espagne), une petite fille offre une pièce à un artiste de rue, et une fois encore, la magie de la musique opère. La suite nous sidère et nous emporte...

Leonard COHEN: Dès qu'on l'entend, on ne peut s'empêcher d'écouter la voix charmeuse, envoûtante qui installe la mélodie en nous ... Vous dansez ?... Non ? Vous attendez quoi ?  Je suis bien triste aujourd'hui, 07 nov. 2016 : cet immense artiste nous a quittés à l'âge de 82 ans. RIP Mr Cohen :-((




J'm'en lasse pas...alors profitez-en "à la une !"

Autres vidéos géniales d'Alexandre Astier (La physique quantique) et Gérard Jugnot (Petit proverbe) :

Menu à gauche sur "Divers : Spectacles" puis descendez sur "Drôles d'histoires"


Ici : Hollande vs Kaamelott -  (Trop génial A.Astier !!!)


Les funérailles du commandant de bord

PON FOYACHE
Personne ne survit à la vie et c'est trissse.
Le Commandant de Bord qui se voulait artissse
fit d'un tour de magie son dernier exercice.
Lui qui se plaisait tant parmi les artifices...
......
La suite la voici.....
En prévision de ses inévitables obsèques, et voulant maîtriser la situation jusqu'au bout, le Cdt de Bord avait ordonné à la police que, le jour idoine, toutes les voies de communication fussent dégagées jusques en son cimetière favori (P'têt qu'y craignait un 2e Dallas : l'avait même décommandé la décapotable)...
Notre photographe est arrivé pile-poil pour immortaliser l'instant où le dernier véhicule gênant et mal garé, m'enfin !, devant une sortie d'office, de surcroît !... le véhicule gênant, disais-je, allait enfin être débarrassé...
Pour une fois, jurant mais un peu tard que l'on ne l'y prendrait plus, au bord de la crise de nerfs qui n'était pas du même que lui (de bord), le Cdt qui était au bord d'elle (la crise de nerfs)...fit t'à pied, (8 pieds exactement) et jusqu'à sa dernière demeure le trajet final...
A vous Cognacq-Jay !   c'est parti !


Les croq'-morts démunis de l'auto de service
Posent la bière au bord du tombal orifice,
Et partent s'abreuver dans un tout autre office :
Un demi, un p'tit blanc, un coca, un pastis...
 
Le respect qu'il briguait s'escampait sans justice
Et faisait fi de lui : que fait donc la Police ?
Le Commandant de Bord au bord du précipice
Tentait d'ouvrir la boîte : " Mais où est la notice?
Une pince !... un rabot !... un pic !... un tournevis !!!
Comme dans mon n'avion, la tirette éjectrice ??? "
 
D'outil, point de caché, mais au moment propice
Nos quatre forts gaillards

Ayant ayant bu et fait pisse
S'en reviennent au trou et sans autres complices
Poussent la boîte-au-mort

Avant même qu'il ne puisse
Dire à ces bien-vivants que c'était par malice
Qu'il s'y fit enfermer lors d'un décès factice.
Faisant fi de ses pleurs, voilà qu'ils l'enfouissent:
" L'avait qu'à pas prétendre imiter les artisssses ".
 
Le spectacle hilarant qu'il donnait à l'Hospice
(à ses moments perdus, son œuvre bienfaitrice)
réjouissant les vieux jusqu'à la directrice,
se mua tout-à-coup, comme par maléfice
en fable désolante à son seul préjudice.
...
...
Le "clou" avait été préparé en coulisse :
Un cercueil trafiqué d'où, à 4 heures moins six,
Il surgira riant, frais comme une écrevisse:
Au bout d'un (en 2 mots) numéro

où il pousse le vice
De se faire transpercer ..."Faisez gaffe au pénis"
Dit-il à l'assistante prénommée Bérénice.
Et elle prenait grand soin d'éviter l' "Edifice" !
...
...
Le magicien d'occase avait fait l'avarice
D'équiper son "en scène" avec peu d'artifices

.../...


.../...
Il acquit pour ce faire en un bois à canisses
le cercueil rutilant où donner l'exercice :
(le même qui par malheur est d'usage aux hospices)
il en fera les frais, morbleu, quel sacrifice !


...L'habitant centenaire rendit l'âme à moins dix.
L'hospice n'est pas Zénith : les couloirs font coulisse.
Les employés soignants pour lui rendre service
Et pourvoir le concert d'un peu de bénéfice,
En zélés assistants dont ils faisaient office
œuvraient à "place nette" quand il entrait en lice,
élançant et poussant le cercueil pour qu'il glisse
oooooooooooooooooooooooooo.....hisse !!!
...au fin fond du couloir, ...............whissssssss
sssszzzzzzzzzzz-tchoc!......près du numéro bis...
où gisait depuis peu l'homme mort à moins dix.
...
Ça va ? vous suivez bien?...C'est pas pénibilis?
...
L'on mandate illico les "Pon-Foyachistes"
pour l'homme centenaire qui mourut à moins dix.
Ils se gourent de cercueil et se mettent en piste

avec le faux cercueil (du faux-mort à moins six !)
pour donner les obsèques chapelle St Patrice...

(à mon ami lecteur avant qu'il me haïsse :
"Tu reviens au début si t'as pas tout comprisse").
 
Pou'qu'la morale soit bonne et qu'la fable finisse
J'inviterai les mères à prévenir leur fils :
"Mêl'toi-d'tes fesses, petit, mange donc ta saucisse
Quand c'est pas ton boulot,

Tu joues pas les artisssses!"
Et c'est signé : Jean-Chris,
Quatorz'-six deux mille six.
Ecrit à Pézenas,
c'est, ma foi, mieux qu'à Nice
où dans les crottes des vieux,
y'a les clébards qui glissent.
                   (Christian FOUREZ)



Quelques mots pour commencer

Astuce : ...Attendez toujours d'avoir au moins un doigt libre avant de titiller la souris.

 

Pour participer au BLOG, il faut, à gauche, cliquer sur "Blog(s)"

                      ...ou bien ici...

Ensuite, j'vous préviens..., j'y comprends rien aux sites internet. Alors, bienvenue dans mon chantier, bottes et casque obligatoires. Hep, vous là-bas... pouvez éviter de fumer siouplé ? Y'a des mélanges étonnants, ici ! Merci.

Ensuite, soyons clairs comme Jacques Villeret ...

Ici, y'a rien à gagner, ...épi quoi encore ? Komankisson les gens ! Houlàlà...

... . . .   .  .  .  (espace trop restreint pour loger des gros mots).

- Hein?..Rien mémé, j'essplike aux gens que la tristesse n'est pas dans ma logique, et ma devise : "Enterrement suivi de bal..." fait partie des coutumes du Nord : j'assume.

(Tant que j'y pense, aussi, faudra penser à tapisser avant d'enlever les échafaudages).

(2) Y'a pas de (hein) ! Mon thermomètre humoristique va jusqu'au 100e degré, ceux qui veulent se geler les boyaux n'ont qu'à ouvrir la porte et sortir !



Vraiment je ne comprends RIEN ! Je me sens comme une poule qui a trouvé une fourchette ! (Toutefois je précise que l'image ci-dessous, c'est pas "ma" photo, OK ? : j'm'appelle pas Maxime).


Maxime du jour n°2 : Il vaut mieux fermer sa G. et risquer de passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet ! (Gustave Parking)


Maxime du jour n°3 : Ne perds pas espoir, sache que le plus majestueux des chênes n'était autrefois qu'un pauvre gland.


Entraide à l'urinoir



Je vais aussi mettre du texte en latin, moi, pour montrer ma grande érudication et cætera et tutti quanti !    Amen !



Maxime du jour

(jusqu'après-demain, ensuite, elle ne sera jamais plus d'hier) 

Il vaut mieux qu'il pleuve un jour comme aujourd'hui qu'un jour où il fait beau, pas vrai ?